L’immobilier face à l’inflation

Face à la montée des prix et les pressions inflationnistes actuelles, la brique peut s'avérer être une véritable valeur de résilience. Fort de cette image, l'immobilier continue d'attirer les épargnants qui souhaitent protéger leurs placements contre l'inflation.

Le phénomène de l’inflation

Il y a plusieurs décennies, Milton Friedman expliquait que l'inflation était toujours et partout un phénomène monétaire*. Force est de constater que la croissance monétaire menée depuis plusieurs années par les banques centrales n’a pas véritablement impacté les prix à la consommation. Pour rappel, l’inflation prend en compte tous les biens et services consommés par les ménages durant l’année considérée.

Comme expliqué ci-dessus, les prix à la consommation sont globalement restés stables ces dernières années. Pourtant, l’argent circulant dans l’économie n’a jamais été aussi important en témoigne la quantité de monnaie injectée par la banque centrale européenne dont le bilan a dépassé les 8000 milliards d’euros en juillet dernier (source Bloomberg).

Face à cette faible inflation, les banques centrales ont continué d’afficher des taux directeurs bas dans l’optique de continuer à dynamiser l’économie et les investissements grâce à un faible coût de l’emprunt proposé par les banques commerciales. 

De surcroît, pour maintenir à flot l'économie pendant cette crise sanitaire, les banques centrales ont accéléré le processus de création monétaire tout en garantissant des taux très faibles.

Cette forte injection de liquidité aura permis de maintenir la bourse à des niveaux records gonflant par conséquent la valeur de nombreux actifs financiers. Bien que cette hausse des prix ait longtemps été retardée au sein de l’économie réelle, les pressions inflationnistes commencent à voir le jour, notamment sur les matières premières (pétrole, bois, blé). L’arrêt total de l’économie et de la production en 2020 suite à la crise sanitaire a également provoqué des pénuries sur divers secteurs et donc une hausse des prix. Par exemple, les promoteurs font face à une forte pénurie de matériaux de construction. Les fournisseurs peinent à remplir les stocks face à une demande croissante. 

Pour contrer cette potentielle inflation, diverses classes d’actifs peuvent faire preuve de résilience. Parmi celles-ci, l'immobilier.

La brique comme valeur de résilience

En cas d’inflation et de montée des prix, les banques commerciales pourraient décider d’augmenter leurs taux directeurs. Le taux directeur est le taux auquel les banques commerciales se refinancent auprès des banques centrales. Avec une remontée globale des taux, les banques augmenteront aussi le coût auquel il est possible d’emprunter. Les personnes déjà endettées ne sont pas directement impactées puisqu’elles auront emprunté à taux fixe. Ce sera néanmoins plus compliqué d’obtenir un financement pour les nouveaux arrivants compte tenu d’un taux potentiellement plus élevé. 

Les propriétaires et investisseurs peuvent, quant à eux, se voir avantagés. Dans l’immobilier résidentiel, les loyers sont indexés sur l’inflation. Le propriétaire utilisera la hausse de ses revenus locatifs pour rembourser ses mensualités inchangées. Il s’agit d’une véritable source potentielle de flux de trésorerie futurs.

Toutefois, si moins de personnes sont en mesure d’emprunter, alors la demande diminue et une correction des prix à la baisse pourrait avoir lieu. 

Si nous évoquons désormais les rendements, ces derniers auront tendance à diminuer dans une économie inflationniste. Un taux de rendement réel est un taux de rendement net de l’inflation. Un placement vous rapportant 3% mais avec une inflation à 2% ne vous rapporte en réalité que 1 %. Ce calcul reste approximatif mais confirme l’importance de s’orienter vers des rendements supérieurs à ce que proposent les livrets d’épargne classique.

De manière générale, les investisseurs et épargnants ayant placé leur argent sur des placements attractifs subiront de façon plus légère la hausse globale des prix. Nous comprenons bien ici l’intérêt de diversifier son épargne autour de rendements attractifs et stable en capacité de contrer une potentielle inflation.

FR : Immobilier Commercial   FR : Rock & DATA   FR : novembre 27, 2021

Partager

Mots Clés

Performances des SCPI de rendement au premier trimestre 2024 - Communiqué de presse

Sur ce premier trimestre 2024, les SCPI de rendement ont collecté (nette des retraits) plus de 760 millions d’euros, dans la dynamique des trimestres précédents. Ce trimestre marque également l’émergence de taux de rendement à l’acquisition de plus en plus élevé, dépassant parfois les 10% sur ces actifs immobiliers.

juin 12, 2024

L’immobilier logistique en 2024

Le secteur de l’immobilier industriel connaît des évolutions significatives au premier trimestre 2024. Selon l’étude Knight Frank - Le marché de l’investissement 1T 2024 France, le marché de l’investissement a enregistré une hausse notable dans les actifs industriels, dépassant désormais la part des bureaux et des commerces. L’équipe de Rock-n-Data fait le point. 

mai 29, 2024

Acquisitions Marquantes des SCPI de Rendement en 2023

En 2023, les SCPI de rendement ont montré une présence significative sur le marché immobilier avec 481 actifs acquis, pour un volume total de 6,7 milliards d'euros et plus de 2 730 000 m². L'équipe de Rock-N-Data a sélectionné quatre acquisitions marquantes de cette année, qui démontrent les nouveaux enjeux du secteur.

mai 15, 2024

Quelles sont les caractéristiques de la crise immobilière de 2023 

Hausse des taux d’intérêts, préoccupation écologique, crise de liquidité, inadéquation structurelle … En 2023, le secteur de l’immobilier a fait face à une nouvelle crise. Zoom sur les nouvelles problématiques et défis du secteur. 

avril 17, 2024

© Rock-n-Data.io 2024 - All rights reserved